forumescalade

le forum de l'escalade


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Pathologie addictive de la grimpe

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

1 Pathologie addictive de la grimpe le Mer 8 Fév - 13:48

Salut,

Hier en rentrant, de ma séance de grimpe, j'ai réfléchi. pense J'avais le temps, avec la neige tout le monde roule à 10km/h.

Je me suis longuement interrogé sur le bien-être que me procure la grimpe. A cause des intempéries, j'ai sauté deux séances et du coup en rentrant hier, je me sentais bien, vraiment bien. Tellement bien que j'ai fait un parallèle avec la drogue, j'ai goûté à pas mal de truc dans mes années étudiantes mais ne suis jamais devenu accro. Mais là je me rends compte que si je ne grimpe pas, je me sens pas bien ... je suis donc accro !

Suis-je le seul ? Faut-il que je vois un toubib ?

Aidez moi SVP !! ........ ou pas !

++

Voir le profil de l'utilisateur
-_- J'opte pour "ou pas"

(Fait gaffe c'est dangereux pour la santé)

Voir le profil de l'utilisateur
Lors qu'on pratique une activité qui plus est physique qui nous procure du plaisir, notre corps sécrète différentes hormones du plaisir auxquelles nous devenons vite accros... Ce sont les mêmes hormones qui peuvent être activées par certaines drogues ou le plaisir sexuel.

Tu n'as pas à consulter. Par contre je me rends compte pour la grimpe que comme pour la drogue, j'ai besoin de "toujours plus" pour retrouver ces sensation de bien être, ça peut être en quantité en qualité ou en bain dans cet univers.

Voir le profil de l'utilisateur
Je crois que j'ai qu'un mot à dire:

Endomorphines !!!!

Je me drogue à ces hormones à raison de 8 à 10 heures par semaine via le sport... plus t'en a et plus t'en veux ...

Rien de dangereux là dedans ;-) c'est juste le pied

bizz all

Voir le profil de l'utilisateur http://www.technidecoupe.fr/
endorphine.... la morphine c'est autre chose Very Happy

Voir le profil de l'utilisateur
Y a t'y un médecin par ici ????

Je dirais que l'un est un dérivé de l'autre, ou un truc dans le genre, on doit pouvoir dire les deux.. endorphine et endomorphine...

Quelqu'un a des précisions ??

Voir le profil de l'utilisateur http://www.technidecoupe.fr/
oui, endorphine OK, mais je cours et je fais du VTT aussi mais "l'addiction" la plus intense me semble être l'escalade.


Voir le profil de l'utilisateur
La recherche de performance et l’évolution constante (qui est nettement visible avec l’échelle de cotation)est un très bon moteur.

L’adrénaline en grande voie ou sur des passage dit "à risque" partout ailleurs l'est aussi.



Dernière édition par 21h30 le Mer 8 Fév - 20:17, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur
vous avez oublié l’adrénaline dans votre cocktail ... les mix ca marche toujours mieux secret
Endorphine + adrénaline + risques + progression & succès (récompense : atteindre l'objectif, enchaîner une voie ...etc) = drogue addictive ! ... miam .... applaudi

pour ceux qui aime la lecture, j'ai trouvé ça aussi :
http://revue.medhyg.ch/article.php3?sid=32174

Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: Pathologie addictive de la grimpe le Jeu 9 Fév - 14:14

Salouté !
Je suis comme toi,là accro à ce sport depuis que j'ai commencé ! Je suis en arrêt 15 jours pour des problèmes musculaires aux bras et là ça fait qu'une semaine et je ressens déjà le manque "important". Surtout quand ton meilleur pote et ta copine grimpe..
Tu as toujours envie d'aller plus loin, te surpasser.. Enfin..

Tout ça pour dire que je te comprends entièrement !! =)

Voir le profil de l'utilisateur

11 Re: Pathologie addictive de la grimpe le Jeu 9 Fév - 15:11

sam


7a
7a
Salut à vous, Fred je pense que c'est normal, si ça l'est pas ont est nombreux dans ton cas!

J'ai pas grimper depuis mercredi dernier et la c'est dur, surtout que je risque de pas grimper d'ici lundi soir...

J'ai fais pas mal de vtt avant mais j'ai jamais ressenti l'addiction que j'ai aujourd'hui pour l'escalade, on m'avez prévenu : "fais gaffe tu va chopper le virus!".
Je pensais que c’était des conneries mais en fait maintenant c'est trop tard mais c'est trop bon!

Je pense que c'est très représentatif de la nature de l'homme, vouloir repousser les limites en permanences, c'est ce qu'on fait a chaque fois qu'on grimpe, à notre échelle...
D'ailleurs les personnes que j'ai rencontrer qui grimpe que quelque fois par ans se moque des cotations en général.
J'aimerais bien savoir si sans toutes les cotations ont aurait la même addiction, parce que pour ma part je pense que c'est un des moteurs de l'addiction, je vais pas me le cacher...

Voir le profil de l'utilisateur

12 Re: Pathologie addictive de la grimpe le Jeu 9 Fév - 23:19

Pour moi l'addiction est différente.

Fred a raison, on fait tous plus ou moins d'autres sports où il y a l'endorphine, la compétition, le dépassement de soi, etc...

Mais pour moi dans l'escalade ce qui me rend addict c'est le mélange entre la concentration extrême, et la perception très forte du corps : la fluidité des mouvements, la recherche du mouvement idéal, la sensation quand le tout d'un coup l'enchainement est parfait...

Voilà, et donc moi aussi, je suis addict! bong

Même si les 50 cm de poudreuse d'hier m'ont fait un tout petit peu oublier l'escalade... secret

Voir le profil de l'utilisateur

13 Re: Pathologie addictive de la grimpe le Ven 10 Fév - 0:43

Invité


Invité
Je suis aussi un grand droguer de la grimpette ...
Je ne retrouve cette sensation nulle par ailleurs en aucune circonstance ... Cette tension avant d'avoir grimper puis l'extrême détente après avoir été lessiver ... et ce plaisir de l'effort "a muerte" comme ils disent en bas, à ce dépenser jusqu'au dernier sursaut de force, au dernier cri de douleur tellement tu t'arraches ... je n'y arrive pas dans un autre sport !

14 Re: Pathologie addictive de la grimpe le Ven 10 Fév - 10:13

Je connais une autre discipline ou j'éprouve les mêmes symptômes que tu décris...

Voir le profil de l'utilisateur

15 Re: Pathologie addictive de la grimpe le Ven 10 Fév - 10:21

Hum... Explique-nous donc... ^^

Voir le profil de l'utilisateur

16 Re: Pathologie addictive de la grimpe le Ven 10 Fév - 14:51

je prends des pop-corn et je m'assois confortablement je sens que ça va devenir trrrrrrrèèèèèèsssss intéressant cette histoire merci

Voir le profil de l'utilisateur

17 Re: Pathologie addictive de la grimpe le Ven 10 Fév - 14:56

Invité


Invité
(j'étais sur que ça sortirait ça lol) explique moi dont moi qui suis chaste et innocent !

18 Re: Pathologie addictive de la grimpe le Ven 10 Fév - 15:27

en même temps, vu la perche difficile de ne pas s'en saisir

Voir le profil de l'utilisateur

19 Re: Pathologie addictive de la grimpe le Ven 10 Fév - 16:01

Justement, en parlant de perche, vous devez deviner à quoi je faisais allusion : au saut à la perche...

(... ou comment se défiler)

Voir le profil de l'utilisateur

20 Re: Pathologie addictive de la grimpe le Ven 10 Fév - 18:33

Héhé ouais ça se compare aisément au sexe love rire
Lorsque tu commences c'est difficile de s'arrêter et tu veux toujours tester d'autres choses, allez toujours plus loin. Tu as ce côté piquant, adrénaline que tu retrouves à l'escalade ! Comme dit plus haut, tu commences, tu es excité, tu prends du plaisir pendant et à la fin tu es rincé mais c'est de la bonne fatigue ! bomp Bon là je crois que la glace est brisée ^^

Étant motard je retrouve les mêmes sensations qu'à rouler vite ou à prendre de bons virages ! Et pourtant je ne pensais pas que ça existait !

salut

Voir le profil de l'utilisateur

21 Re: Pathologie addictive de la grimpe le Ven 10 Fév - 18:43

Ah c'était de ça dont vous parliez?... J'avais pas compris du tout... ange rire
Ben au moins les choses sont claires maintenant... Attention, le sujet va bientôt être censuré!

Voir le profil de l'utilisateur

22 Re: Pathologie addictive de la grimpe le Ven 10 Fév - 18:57

Quoi comment, vous osez parlez de ca Shocking peur clin d'oeil

Donc sur le même sujet,
http://www.nospot.org/index.php?option=com_content&view=article&id=4299%3Apourquoi-est-ce-que-lescalade-cest-mieux-que-le-sexe-12-raisons-pratiques-pragmatiques-et-raisonnables&catid=17%3Alactu-&Itemid=39&lang=fr

Je rajouterait, c'est beaucoup plus accepté socialement de fréquenté un club d'escalade ange qu'un club de sexe secret ([troll] enfin sauf lorsqu'on habite Paris [/troll] [troll Numéro 2] Et pourtant le club le plus célèbres de la fac de Grenoble c'est pas un club d'escalade [/troll2])

Bon sur ce j'arrète le lancer de troll. Very Happy

Voir le profil de l'utilisateur

23 Re: Pathologie addictive de la grimpe le Ven 10 Fév - 19:04

Invité


Invité
en même temps, vu la perche difficile de ne pas s'en saisir

Oui mais comme je suis chaste et innocent ! ange

Et pourtant le club le plus célèbres de la fac de Grenoble c'est pas un club d'escalade

AH ?? intéressant ... je viens de m'installer sur Grenoble !

24 Re: Pathologie addictive de la grimpe le Ven 10 Fév - 19:34

ah vous pensez comme ça vous?

Voir le profil de l'utilisateur

25 Re: Pathologie addictive de la grimpe le Ven 10 Fév - 19:37

Bah au début non mais c'est vrai qu'en mettant les 2 en relation suite aux différents messages, ça fait un peu penser à ça.. Lala~~

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum