forumescalade

le forum de l'escalade


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Les gros délires a la fente de babre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

sixsous


Modérateur
Modérateur
Avec mon cousin pilou et mon oncle, on a decidé de faire une voie en terrain d'aventure. L'un des TA les plus connu a baume les dames qui est la tiss2



Nous somme arrive au 3/4 de la voie, et nous avons décidé de planter notre bivouac.



C'est le pied de dormir en plein milieu des voies comme ça. La on était pas haut juste une 30 metres, peu etre plus, je n'ai pas la notion des distances Smile



Et a cette endroit la nous avons décidé de faire des frites. Le coup des frites était un gros délire à cause d'un bouquin qu'on a lu, "le port de la mer de glace" on a décidé de faire la même chose.

La on peut voir mon oncle coupé les patates pour faire les frites. il se trouve dans notre bivouac ou il y a nos hamac, juste deriere les hamac il y a une petite fente ou peut s'introduir et meme y dormir, mais c'est tres etroit, donc on ne peut pas aller à plus d'une personne dans la fente Smile



Ensuite la nuit tombé, nous avons commencé à cuire les frites. la mon oncle se trouve à cote du vide, et moi je tenais le réchaud. car je n'etais pas loin à coté.



En fait je me trouvais juste à cote, et si ça tombait, toutes l'huil était pour moi. Et ça m'embetait d'avoir de l'huile sur moi, surtout de l'huil chaud Wink

Fin de cette histoire.



Dernière édition par le Dim 11 Nov - 3:36, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

sixsous


Modérateur
Modérateur
Aller encore une nouvelle série de photo.

Avec de bon pote, notre trip a nous, c'est de faire des bivouac en plein milieu de falaise.

La bande de pote avec qui je délire Wink


Comme vous avez pu le voir, j'ai deja dormie en plein milieux d'une falaise avec mon oncle et mon cousin. Et encore une fois, sur la meme falaise, j'y suis retourné avec mes potes. Mais la un de mes potes et moi, vers miniuit, nous décidons de redescendre et de faire une autre voie juste a coté pour les prendre en photo. Il nous a fallu 3heure d'escalade pour finir la voie en entier. Il y avait 3 relait :p Mais n'empechen que au retoure nous avons eu de belle photo.


Voila la premiere photo, en fait c'est faut, car j'ai du prendre deux cent photo pour en avoir une bonne. Car il faisait nuit, et essayer de visé quelque chose de nuit Sad


Voir le profil de l'utilisateur

sixsous


Modérateur
Modérateur
Ensuite, mon frere, ca copine, et mon oncle (un autre) quand ils ont sut que nous avions fait des frites a cette endroit, ils ont décider de faire mieux. Je vous laisse découvrire par vous meme Wink


La copine de mon frere avec les oeufs pour faire quelque chose Wink
En plus elle en est fiere de me montré...


Mon frere qui est en train de faire la pate.


Toujours mon frere qui fait des crepes a 40 metre du sol Neutral moi avec mes frite, je fais le petit joueur Sad
Mais j'ai une autre idée encore bien plus fou :p


La nuit arrive, ou plutot la nuit est la depuit longtemps, il faut aller se coucher dans les hamac.


Un lendemain bien dificile. Surtout pour sortir de son hamac, tout ca toujours a 40metres d'altitude.

Et ne vous inquetiez pas, j'ai trouver un plus gros délire a fairea la fente de babtre. Faire un barbecue. Mais pour ca nous devons fabriquer certain support pour le feu. Vivement les photos Wink

Voir le profil de l'utilisateur

So'


7b
7b
Exellent applaudi bomp Wink

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lespieds-surterre.com/
Great, fantastic, terrific !!! Je trouvais pas les mots en français.

Voir le profil de l'utilisateur
Pouaaaaaaaaaaaah!!!!

C'est vraiment terrible!
Z'etes des allumés de l'escalade et de la boufffe!! tire la langue

Voir le profil de l'utilisateur

sixsous


Modérateur
Modérateur
Tu voies, en fait le truc, c'est que j'aime bien grimper et faire des gros délire comme ca. Mais parcontre, je suis trop nul a l'escalade, je n'arrive pas a faire des voie a plus de 6b+ Sad

C'est vrai quand meme temps je n'éssaye pas trop, car pour moi, le délir c'est de partir dans une voie et essayer de la finir, mais souvent je me prend 4 voie, car je zigzag a fond Wink

Et pour moi, ce n'est pas un probleme de dormir en plein milieu, meme c'est vachement tripant Wink

Dans pas longtemps, je vais vous raconter l'une des grande histoire qui met arriver dans uen voie d'escalade, ou plutot avant.

C'est terrifiant, mais grandiose Wink

Voir le profil de l'utilisateur
Put1 vou aver du vous eclater !! C super !! Ta de la chance lol !

Voir le profil de l'utilisateur

So'


7b
7b
Alexia a écrit:Put1 vou aver du vous eclater !! C super !! Ta de la chance lol !

toi pas savoir ecrire francais? rire he! t'es pas limite en nombre de lettre alors vas y laches toi tu n'es pas sur essemesse tire la langue

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lespieds-surterre.com/
So' elle a 13ans c'est de son age rire

nous a son age on etait "grunge" tire la langue

Voir le profil de l'utilisateur
LOOL, excellente la nouvelle cuisine... bong

Voir le profil de l'utilisateur http://gr1padonf.free.fr

So'


7b
7b
freddus a écrit:So' elle a 13ans c'est de son age rire

nous a son age on etait "grunge" tire la langue

What a Face

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lespieds-surterre.com/

spider


Administrateur
j'ai toujours voulu faire des truc un peu dingue comme ca ca doit vraiment etre une superbe experience et dire que certains grimpeurs font ca a 500 metre de hauteur au big wall des usa


_________________
"Sur les grandes montagnes,toute les forces sont concentrées sur la tâche à accomplir.Pourtant,le sommet n'est qu'un symbole de réussite...La tentative en soi est aussi digne d'estime." (Dr Charles S. Houston)
Voir le profil de l'utilisateur
500m ca doit etre flippant car meme,pour moi il me faudrait une bonne dose de cachet pour pouvoir dormir peur

Voir le profil de l'utilisateur
Dsl So' !!
G l'habitude d'ecrire comme ca sur msn, skyblog, mail et compagnie dc ca me vient tous seul...
Je vais faire un effort ok

Voir le profil de l'utilisateur

So'


7b
7b
Je te taquine rire tu fais comme tu veux, mais c'est vrai que j'ai un peu peur qu'a force d'ecrire comme cela, vous oubliez notre bon vieux francais clin d'oeil

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lespieds-surterre.com/
Exemple frappant. Dans une dissert une amie a écrit pourquoi comme ça:
pourkoi.
C'est fortement ennuyeux je trouve. Ca créer des automatismes et après les points s'envolent.

Voir le profil de l'utilisateur

sixsous


Modérateur
Modérateur
Si vous voulez faire des délire comme ca, vous me le dite. Je peux toujours organiser quelque chose de ce genre :p

Sinon, le coup de dormir en bivouac sur falais, nous allons le faire au mirroire d'argentine pour monter le niveau. On va donc dormir beaucoup plus haut, mais je ne sais plus la hauteur exacte, mais ca doit etre a 150 et 200 metre de haut Wink



Bon, sinon, j'ai eu de l'inspiration il y a peu, donc je vais vous donner mon petit roman Wink

Voir le profil de l'utilisateur

sixsous


Modérateur
Modérateur
L'histoire des Lames de Planpraz.

Cette histoire ce déroule dans les aiguilles rouges. Avec moi, ils y avait des jeunes potes, Jean Charles 14ans, Romain son frère jumeau, Jonathan 15ans et moi-même 18ans. On partie tous dans le transporteur pour un voyage de 3 heure de route, avec plein de délire dans la voiture. Notre but, retrouver des gens qui son déjà la bas, et qui font partie de mon club de montagne.

Arriver sur les lieux, nous trouvons Arnaud, Michel, Frédérique et Dédé, tous plus de 30 ans. Première journée, monter au pied des voies, et comme on se balade avec les vieux, on prend la télécabine. Les petits joueurs. Wink

On arrive enfin au camp bivouac. On pose nos tente et notre bouffe. On prépare notre matos d'escalade, et on par pour la première voie qui est le petit chamois, ou un truc comme ça (en, fait je me souvient plus du nom, mais je sais que c'était une voie facile Wink ). Arriver en haut, tout ce passe bien, on mange la carotte de l'amitié et on redescend tranquillement par derrière.

La nuit fut très mouvementé. Car un problème survient, on dort a la belle étoile, et malheureusement il pleut. Nous décidons quand même de chercher un abri qu'on trouva vite fait. On n'a dormie sous les télésièges Wink
Dans le petit bâtiment, ou les télésiège sont entreposer, nous trouvons une planche en bois. Et comme il y avait un petit névé en contre bas, nous décidons de faire un peu de surfe avec. Mais en descendant nous trouvons une échelle ou il y a une barre pour monter plus facilement. L'idée qui me vient en tête, faire de la luge avec.
Nous allons sur le névé, et commençons à faire les fous, et le jeu devient vite de faire la luge en caleçon et de se bourrer pour faire tomber l'autre dans la neige :p .
Arriver vers les 1h du matin, nous décidons d'aller nous coucher, car le lendemain matin, on doit se lever a 6h30 pour faire une autre voie.

Le lendemain matin, nous allons grimper une autre voie, facile mais le problème c'est que nous somme obliger de prendre une autre voie pour éviter un passage assez dangereux, et étant le premier de cordé de tous le groupe. Vieux comme jeune, j'avais la dur responsabilité de bien choisir la voie pour risquer aucun danger.
Nous arrivons au sommet sans trop de problème, maintenant nous devons redescendre en rappel. En tous 8 rappel a faire avant que la nuit tombe. Mais surtout avant que les télécabines, soient fermé, car les vieux doivent partir et nous laisser faire la suite ou nous avons prévu de faire des choses bien plus dur.

Mes potes et moi dormons dehors, la pluie ne tombe pas mais les nuages sont la. Quand on se lève le lendemain matin, nous partons faire l'index, une voie facile ou nous pouvons nous entraîner, mais surtout ou je peux montré les plus grande manip à connaître pour un des deux jumeaux. Car nous allons être en cordé de double, donc les des jumeaux ensembles et moi avec Jonathan. Donc je dois vite leur apprendre certaine chose avant de faire l'un des truc les plus dangereux qu'ils auront fait de leur vie a eux.

La nuit ce passa tranquillement, sans pluie, sans nuage, et même nous avons eu le temps de faire une petite table avec des pierres pour que nous puissions manger tranquillement.

Le lendemain, nous partons faire la chapelle de la Guiliere, mais le problème, c'est que nous avons pas le topo, donc nous partons à l'aveuglette, mais nous trouvons un chemin, jamais pratiquer, mais faisable, malheureusement l'orage pointe son nez, et nous somme obliger de faire demi tour. 
Pendant cette fin de journée nous fabriquons des chaises à notre table. Wink

Le lendemain, une des journées les plus dure, nous faisons notre sac a dos ou nous devons prévoir plus de 6 litres d'eau chacun, que nous faisons avec la neige fondu, ou nous devons porter tout notre matos , ou nous devons laisser rien derrière notre passage. Le sac pèse plus de 30Kilo et avec ce sac nous devons faire une marche en altitude qui est long de plus de 5 Km, et ou les monter et descente sont toujours la pour nous ralentir.

Arrivé près de notre objectif, Les Lames de Planpraz, nous regardons au déçu de nous. Deux problème ce lève a nous, le premier, c'est que la monter a notre objectif est bien plus raide que je le pensais et surtout qu'il n'y a aucun chemin pour y aller, deuxième problème c'est que l'objectif, nous ne le voyons pas, nous savons pas si nous somme encore loin ou même si nous somme au bon endroit. Nous partons tous ensemble dans la monter impossible avec nos sac qui pèse très lourd. Un des jumeaux, n'en peux plus, je lui prend la moitié de son sac, mon sac devient carrément super lourd, mais le problème c'est que mes potes ne commence a plus y croire a ce sommet mythique, je leur dis de se reposer ici, dans un endroit relativement en sécurité, et je pars en solo pour chercher le sommet. Arriver près d'une brèche, je me dis que je vais decu et si je ne l'a voie pas, je retoure près de mes potes, et que nous ferrons demi tour.

Voilant la brèche vraiment près, je commence a perdre espoir, et en arrivant a la brèche, je perd complètement espoir, je ne voie pas les Lames de Planpraz… Les larme au bord de tomber, je décide donc de faire demi tour, dépiter d'être aller aussi loin pour ne rien faire, mais pire, d'avoir risquer a ce point notre vie pour rien. Et oui, j'ai bien dit risquer notre vie, car nous ne pouvions pas nous encorder, et le moindre faut pas c'est uns chute mortelle.
Je me retourne pour descendre de la brèche, et qu'est ce que je voie juste devant moi à moins de 5 mètres, trois petits piques. Oui j'en revenais pas. Je venais de trouver les Lames de Planpraz.
Je crie a mes potes que j'avais enfin trouver les Lames, et que pour y aller, il fallait un peu près 20minutes encore de marche, et je leur dis que j'allais descendre pour les récupérer.

Arriver près de mes potes, je pris le sac de Jonathan et mis dedans un peu du sac d'un des jumeaux. Et repartie avec eux au pied des lames. Toujours avec une pente de plus de 70 degré, toujours pas encordé, nous escaladons doucement pour ne pas faire de faut pas.

Nous arrivons enfin au sommet. Mes potes rigoles et regarde les lames, ils étaient fou, car il allait faire l'un des sommet que juste les plus grand alpinisme ont fait, et eux juste de jeune grimpeur allait pouvoir faire. Nous cherchons allons sur une petite vire pour manger et nous coucher. Au moment de nous coucher, nous mettons nos boudriler et pour être en sécurité pendant la nuit. Mais encore une fois pendant la nuit, nous avons des problèmes, le premier, qui se trouvant carrément chiant, ce sont les mouches, nous ne savons pas comment elles sont venu, surtout a cette hauteur ou il y a rien sauf du rocher. Mais nous arrivons quand même à dormir, et c'est la ou les problème sont arrivé.

Pendant la nuit, a environs deux heures du mat, l'orage éclate, nous nous retrouvons a être surcharger de métal a cause de la sécurité, près d'un des piques des lames, avec une couverture de survie pour nous protéger de la pluie qui tombait a verse. L'orage tombait toujours et s'intensifiait, la dure décision de balancer la couverture de survie était prise, nous avions donc plus rien pour nous protéger. Pire nous décidons de poser tout ce qui est métal a 5 mètres de nous, nous avions donc plus aucune sécurité. Je décide de faire une sécurité en sachant que j'allais perdre une corde, qui coûte plus de 100 euros, snif… Mais je n'ai pas le choix. La pluie tomba jusqu'à 5heure du matin, mais l'orage c'était arrêté bien avant, et pendant la nuit, je leur ai donner a mes potes, la seul protection que j'avais contre la pluie. Un large manteau. Mes potes pu dormir un peu pendant la pluie, moi me retrouvant en tee-shirt et en short sous la pluie avec une température qui frôle le zéro.

Le lendemain matin, la voie que nous devons faire, la fameuse voie, et complètement tremper. Donc déjà une voie équiper qui est tremper, c'est du suicide a faire en tête, mais la une voie en TA (Terrain d'aventure = non équipé) c'est avoir un pied dans la tombe directe. Nous décidons d'attendre, en sachant que dépasser les 14heures, nous devrions descendre absolument, sinon nous pourrions plus descendre, et que nous avions plus assez de bouffe pour rester une nuit, mais pire que nous avions plus d'eau.

Par chance, le vent fit sécher la voie, nous pouvons quand même commencer a grimper, et il est que 11h.
Comme vous pouvez le voir sur les photos que j'ai mise, je grimpe sur tout les Lames Wink nous prenons plein de photo, malheureusement les nuages qui menaçait nous cachait le mont blanc. Mais cela nous empêcha pas de faire des photos quand même.

Mais au moment ou nous décidons de partie, nous voyons l'heur ou il était 15h dépassé. Deux solutions se porte a nous, on reste ici sans manger sans boire et on redescend demain. Cette possibilité n'ai pas envisageable, ou nous redescendons quand même en faisant le plus attention possible, et en se dépêchant le plus.
Premier rappel un de pote manque de se tuer en chutant, sur plus de 5 mètres. La peur commençait a monter chez mes potes. Je prend encore les choses en mains et leur dit qu'on n'a pas le temps et que nous devons repartir le plus vite. Nous devons pas traîner. Malheureusement une pierre tombe, une pierre grosse comme un gros pot de Nutellla, et atterrit sur le coude de Jean Charles, Nous regardons son coude ou le sang coulait abondement, lui faisons un Garo et partons encore plus vite. Nous ne pouvions pas appeler les secours, les nuages ne le permettais pas. Arriver enfin sur un chemin, nous crevons de soif, nous trouvons une flaque d'eau sur le chemin, nous buvons tous une gorgé. Nous repartons et fini notre marche, en buvant tout ce que nous trouvions.

Nous arrivions enfin a Cham, nous partons directe a la maison.

Le lendemain, Jean Charles me téléphone en me disant que son coude aurait du avoir 7 points de souture, mais que nous avions trop attendu, donc il n'a rien eu.



Cette histoire est vrai du début jusqu'à la fin. J'ai même préféré enlevé certain passage, car ça devenait vraiment gros. Il ne faut pas oublier, que moi j'avais 18 ans, et mes potes 15 et 16ans.
Et quand je dis que les Lames de Planpraz on été fait que pas les plus grand alpinisme, c'est presque vrai, je dis presque, car peut de personne save ou elle se trouve. Et que pour y aller, il faut en vouloir. Il n'y a aucun chemin, ni aucun topo qui en parle.
Les sac été vraiment lourd. Et en conclusion, j'ai perdu presque 10Kilo en une semaine de follie.
Il faut savoir que nous comme près moi et mes potes a y retourné pour faire de plus belle photo encore. Mais cette fois si, nous avons un matériel de pointe, et nous avons surtout plus d'expérience, surtout eux…

Voir le profil de l'utilisateur
Ouf g tou lu !!

Put1 en effet c super !! Moi joré pa u le courage lol !
Serieu vou vou etes gaver !! Ca a du etre une belle experience mais vou aver du vou faire aussi quelques frayeur !! lol
Bref bravo koi lol !

Voir le profil de l'utilisateur

sixsous


Modérateur
Modérateur
J'ai encore deux autres histoire, qui son bien plus fou que ca. Mais ca devient clairement plus de la montagne.

Je vous les raconterai plus tard. Mais les autres histoires, sont vraiment plus grave Neutral

Merci d'avoir tout lu Alexia. Ca fait plaisir qde savoir ue je ne l'ai pas écrit pour un rien :p

Voir le profil de l'utilisateur

So'


7b
7b
et bien sixsous! au moins a votre age vous faites des choses interressantes, c'est bien les jeunes, mais faites plus attention, les accidents arrivent vite clin d'oeil merci pour ton recit

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lespieds-surterre.com/

sixsous


Modérateur
Modérateur
Vous l'attendiez le voici.

*Sixsous se posa sur son siège a bascule et commenca son histoire*

La vie au bout de la Dent Blanche

Mes deux frères, un copain, et moi-même, décidons d'aller faire une voix assez difficile pour que le copain et moi-même nous entraînions pour passer l'initiateur alpinisme. A ce moment la j'ai 16ans, et je passerai l'initiateur alpinisme l'année d'après. Donc, nous choisissons une voie dure ou plutôt une arête dure sur le sommet de la dent blanche.

Nous partons direction la suisse, à 5heure du mat. Un long voyage s'annonce, car nous devons traverse une partie de la suisse, et nous allons ensuite prendre des petits chemins pour aller jusqu'à l'attaque du sommet.

Quand nous arrivons, nous prenons, de la bouffe pour seulement un week-end et de l'eau aussi pour tout le week-end. Et nous commençons à monter jusqu'au bivouac. Le Bivouac se trouve que cette fois si et une petite cabane non gardé, cette fois si nous n'avons pas monter la tente. Car nous allions faire une voie, passablement dur, et de plus nous devrions porter les sac tout le long, nous aurions aucun moins de les laisser. Donc nous devons alléger nos sac le plus possible.

Le Lendemain matin a 1h du mat, nous partons faire l'arête de la dent blanche. La marche d'approche dans a neige du début jusqu'à la fin, nous somme obliger de mettre les crampon, car la neige est dur comme de la glace, normal pour cette heure. Donc, nous avons crampon, guêtre, piolet et boudrier, nous somme en plus encorder, pourtant il n'y a pas encore de réel danger.

Arriver à l'arête, il fait toujours nuit donc nous voyons pas l'itinéraire, mais nous la connaissons par cœur, car nous l'avons tous étudier de A à Z. Donc nous partons à l'aveuglait sur une superbe arête. Le début assez facile nous enchaînons sans faire de relais, mais la partie difficile arrive vite.

Nous nous arrivons dans la première partie difficile, une belle grosse dalle, ou les prise sont très vite limité, surtout avec nos grosse (les chaussure de montagne, qui ne sont pas du tout faite pour, l'escalade en dalle). Je laisse mon frère passer devant car il est bien plus entraîner que moi pour ce genre de chose. Je pars juste derrière, j'arrive a enchaîner la dalle avec une certaine facilitée. Arrivé au relais, je me sens super fière d'avoir passer un des passages dur. Mais ce qui arriva juste après me mit mal a l'aise, effectivement le passage le plus dure de la voie arriva très vite. Nous avions juste devant nous un petit dévers, et en altitude, un dévers deviens très vite difficile. Nous savions tous que cette partie la allait littéralement nous vider de notre énergie, mais sur une arête, nous ne pouvons pas faire demi tour, nous décidions donc de la faire.

Sylvain, mon frère aîné par devant (Sylvain était partie une année au PGHM quand il était a l'école polytechnique, il avait donc un grand savoir sur la montagne, et une grande force.) Il réussi a passer le passage avec un peu de mal. Mais il nous dit que Sébastien devra partir en deuxième, et que donc Arnaud devra attendre. Normalement, Arnaud étant le deuxième de cordée de Sylvain, il devait partie a la suite de Sylvain, mais la il devait laisser la corde qui était en place pour Sébastien, pour qu'il puisse l'utiliser en main courante si besoin était.

Donc Sébastien partie sur le dévers, il commença à traverser sur la droite pour éviter de partie directement sur un passage sans prise de pied. Arriver juste en dessous d'un toit, il traversa de l'autre coté, mais le problème arriva vite, il devait passer un passage sans aucune prise ni pied ni main, tout ça dans un pseudo dévers, il essaya quand même mais une première chute arriva vite, et grâce à la main courante, il ne fit pas une énorme chute, et de plus , il arriva juste a un endroit ou il pouvait repartir. Il finit la voie sans trop de problème. Je regarde Arnaud, et lui dit clairement qu'on allait en chier. Je regarde ensuite la ou je devrai passer, et vit que je n'était pas sortie, car je devais passer au même endroit que Sébastien, car je devais obligatoirement reprendre le matérielle laisser par Seb. Quand à Arnaud, il devait juste reprendre le chemin de Sylvain, donc il n'avait pas besoin de traverser, il pouvait juste ce faire tirer s'il n'y arrivait pas. Pour moi Sébastien avait traversé, et une traversé et aussi dangereux pour le premier de cordé que le second. Arnaud partie et se laissa tiré sur certain endroit. Je partie le dernier, je commence à monter tout en traversant pour récupérer une coinceur et une dégaine, j'arrive enfin sur la partie ou Sébastien a chuté, le problème pour moi, c'est que c'est une traverser, donc très dangereuse pour moi, de plus, je n'ai plus la main courante, car je suis le dernier. Je me retrouve donc avec peu de protection dans un passage ou mon frère qui ai meilleur que moi, a chuté. Je commence un peu à stresser. Je regarde si je chutais ou j'allais arriver, mais je voie vite fait que si je chute, je serai dans la très grosse merde, et pire, une pierre pourrait me faire très mal si je me la prend. Il n'y avait vraiment pas de prise pour faire la traverser, et j'étais dans le dévers donc j'était en train de m'épuiser à fond, il fallait faire quelque chose au plus vite. Je regarde sur moi ce que j'ai, et je trouve un minuscule coinceur, celui que j'avais enlever juste avant, et je trouve une fissure dans la traverser ou je pourrais la mettre, mais que je ne pouvais pas utiliser pour mes doigts. Je prend donc la décision de mettre le coinceur dans la fissure, et de l'utiliser comme prise, faire cela était très risqué, car le coinceur pouvais tous simplement d'enlever ou même se coincer complètement. Je pris quand même la décision de prendre le risque, et j'arrive à passer le passage avec beaucoup de mal, mais j'arrive a enlever le coinceur, et j'arrive même à finir la voie.

Quand j'arrive enfin au relais je me retrouve avec plus de force dans mes bras, et le problème, c'est qu'on avait juste fait la moitié de l'arête…
Je regarde la suite et voie que c'est un passage facile dans une cheminé (grande fissure ou peut complètement rentré dedans), sylvain et Arnaud commence en premier pour me laisser reposer, et Sébastien les suit de près, Et enfin, je commence aussi la voie, mais je remarque vite que mon acrobatie dans le devers m'avais complètement vidé. Heureusement pour moi, il y avait que des grosses prise facile a tenir, mais j'ai quand même beaucoup de mal a tenir sur mes bras. Sur l'autre face, je voie une énorme prise, je me jette dessus, et la, la prise casse, je fais une chute de plus de 8 mètres mon frère qui était en train de m'assurer un peu plus haut, mais qui ne me voyait pas, sens d'un coup la corde ce tendre. Je me retrouve à deux mètres de la voie d'origine, dans un passage plutôt chiant. Je décide donc très vite de penduler pour récupérer la voie, en espérant que Seb était en train de m'assurer avec un huit et non à l'arrache. J'avais pris un très gros risque en faisant ça, mais j'en pouvais plus donc je ne pouvais plus faire le con a faire des hors voie. J'arrive a reprendre la voie et je fini la voie.

Nous arrivons enfin au sommet avec plus ou moins de mal, mais avec plus de passage dur. Nous prenons tous la carotte de l'amitié, se repose un peu au sommet qui est a plus de quatre mille mètres d'altitude, et regarde le magnifique paysage.

Sylvain se lève et dit qu'il faut y aller car les autres montagnards qui eux avait pris la voie normal, vont bientôt redescendre, et que c'est mieux d'être le premier a descendre que le dernier. Mais arrivant dans le passage pseudo dur de la descente, Sylvain vois qu'il y avait déjà du monde, nous pouvions pas attendre, de plus il y avait 6 cordées qui essayaient tant bien que mal de descendre. Nous pouvions vraiment pas attendre. Ca fait déjà 12 heures qu'on est debout, et nous devons pas traîner, sinon nous serions obliger de dormir avant de prendre la voiture. Sans manger et ni boire. Sylvain prend donc la décision de passer a coté en désescalade. Ca devient vite difficile, de plus je suis le premier a passer, donc je dois vite trouver une chemin accessible et possible pour les autres.

Nous arrivons enfin dans la neige, nous nous disons que nous somme enfin arriver, car nous avons passer tous les passages dur, même si la pente dans la neige, était assez élevé. Je pars encore le premier, je décide de pas suivre les traces que les autres avait laisser car les traces passait clairement près d'une crevasse, et que la neige en pleine journée avait obligatoirement fragilisé a cause du soleil, mais le problème, c'est que c'est plus raide encore.

Nous descendons doucement pour pas glisser, car après la neige, il y avait une barre rocheuse de 100 mètres de vide. Mais mon frère Seb qui était aussi très épuiser, chute dans la neige. Il était en cordé avec moi, et comme j'était le premier, je ne le voie pas chuter, mais je l'entend, et je voie la corde commencer a me dépasser, je comprend vite qu'il a chuter, je prend donc le plus de corde possible, plante mon piolet dans la neige, a ce moment la, je voie Seb passer a coté de moi, la tête en bas et sur le dos, donc aucune chance de ce récupérer dans ça fatigue, j'enroule la corde autour du piolet, et au moment ou je sentit la corde se prendre, je laisse de la corde glisser entre mes doigt, je ne devais surtout pas le bloquer, sinon j'aurai été giclé aussi. Mais je n'arrivais pas a assez faire ralentir, et quand le bout arriva, la corde m'emporta et balança le piolet au loin. Je me retrouvais a glisser aussi sur la neige, mais la tête en haut, je me retourne le plis vite possible, plante mes deux main et mes deux genoux dans la neige et j'essayais de ne pas mettre mes pieds qui avait les crampons dans la neige, sinon s'en était fini pour moi. J'arrive quand même a faire ralentir la cordé ce qui donna la chance à Seb de se retourné et de faire la même technique que moi, que nous avions appris dans les sécu neige et glace. Nous nous arrêtâmes a environs 100 mètres de la chute libre. Je rejoignis Sébastien qui me remercia grandement. Mon deuxième frère arriva peu de temps après avec Arnaud. Et nous demanda si ça allait. Nous nous reposons un peu et repartie.

Toute la suite de la descente, ce passa sans problème. Nous arrivons a la maison a 11 heures du soir.



Cette sortie était une des sortie ou j'ai clairement risquer ma vie, et où si je n'avais rien fait, moi et mon frère, on y serait passé, et c'est aussi la sortie la plus dure de ma vie.
A partir de ce moment la, mes deux frères me fit complètement confiance dans les sorties montagne.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum